je-suis-adherent

cherchez-trouver
contactez-nous

L’éco-conception et la cosmétique


Des tendances à l’éco-conception

Selon le guide RSE et initiative durable dans l’industrie de la beauté 2010 publié par Organic Monitor, l’emballage, dont l’impact environnemental est élevé, est l’un des principaux axe d’amélioration des entreprises en termes de réduction d’emballages, de revalorisation, de réduction du poids, ou de nouveaux matériaux d’emballage tels que les biopolymères et les bambous.

Ce rapport montre que « les entreprises de cosmétiques naturels et biologiques sont celles qui ouvrent la voie en matière de RSE et de développement durable »

D’autre part, une enquête réalisée par EskoArtwork, Adobe et l’International Packaging Institute (IPI) en 2009 révèle que les motivations-clés pour le développement d’emballages durables sont :

  • la demande des consommateurs (70%),
  • les réglementations et la législation (64%),
  • les exigences des distributeurs,

84% pensent que les « contraintes environnementales et sociologiques entraîneront des « changements significatives » (63%) ou « de nouvelles orientations incontournables » (21%).

Par ailleurs, PCD 2010 marque LE rendez-vous des experts des conditionnements Parfums et Cosmétiques. Il s’agit de la 6ème édition de PCD (Parfums, Cosmétiques & Design) dédié à l’innovation packaging. Plus de 1.200 représentants de marques internationales leaders et fournisseurs d’emballages se sont réunis en janvier 2010 autour des derniers développements en termes d’innovations et de développement durable.

Ces tendances en faveur de l’éco-conception marquent une évolution du secteur des cosmétiques : de plus en plus d’entreprises intègrent la dimension environnementale dans leur stratégie.


Les initiatives des industriels et des marques

VPI et sa ligne de bouchons en R’PET pour les parfums


Avec le lancement de sa nouvelle gamme de bouchons de parfum en R’PET, la société spécialiste du bouchonnage et des emballages pour le secteur des cosmétiques et de la parfumerie VPI initie sa stratégie éco-responsable.

Le R’PET, un matériau recyclé à partir de bouteilles en PET, offre des performances esthétiques avec une haute qualité en termes de brillance et de transparence, correspondant aux exigences de l’industrie cosmétique.

Certifié Ecocert, le R’PET apporte un avantage écologique garanti et quantifiable avec 3 kg de CO2 économisés par kg de RPET transformé.


Naya, un soin entièrement éco-conçu


Issu d’une collaboration de 5 industriels français autour d’un projet pour proposer de nouvelles solutions durables sur le marché des cosmétiques, Naya un soin dermo-cosmétique dont le développement a fait l’objet d’une analyse de cyle de vie. Chaque étape du cyle de vie prend ainsi en considération les impacts environnementaux : design éco-pensé, verre et PET 100% recyclés et recyclables, papier Bagasse à base de résidus de canne à sucre, encres de sources végétales et crème de soin bio.

Certifié par Ecocert, ce soin bio est composé d’ingrédients d’origine naturelle et biologique. Son éco-formulation a été élaboré par Strand Cosmetics Europe

Pour son emballage, le produit bénéficie d’un pot de verre, au « Verre Infini »100% recyclé et 100% recyclable issu de la collecte de verre ménager de SGD, leader mondial du flaconnage verre.

Le capot du pot est en R’PET proposé par VPI et son étui en carton réalisé par Wauters, un imprimeur cartonnier certifié Imprim’vert, est composé de 90% de résidus de canne à sucre (bagasse) et de 10% lin et de chanvre. De plus, l’impression de l’étui a été faite à partir d’encres organiques à base végétale (30 %).


Les nano-biocharges du projet NanOMERC

En termes de procédés, on peut souligner l’initiative du projet NanOMERC visant à développer des nano-biocharges pour les applications cosmétiques.

Ces nano-biocharges, alliant un extrait algal et une argile, permettent de stabiliser une émulsion pouvant provoquer des irritations vis-à-vis des peaux sensibles. Leur procédé, issu de la chimie verte, permet une importante économie d’eau et d’énergie. En effet, ces nano-biocharges permettent de diviser le coût des émulsions produites par cent et bénéficie d’un faible impact environnemental, notamment en termes d’émission de C02. Il s’agit donc d’une éco-innovation et d’une solution alternative de valorisation des algues, s’inscrivant dans une démarche d’éco-conception. Soliance, distributeur d’additifs cosmétiques se charge de sa commercialisation, confortant ainsi sa position dans le secteur des émulsionnants et additifs de dernière génération.


La gamme « Ecoute Ta Nature » de Yannick Noah

Du côté des marques, Bourjois lance sa gamme « Écoute Ta Nature » avec  Yannick Noah pour des valeurs éco-responsables. La gamme se démarque pour son éco-formulation et son éco-conception avec des éco-recharges, 90% d’ingrédients naturels pour chaque formule et des des tensio actifs naturels. Les produits sont composés sans paraben, ni colorants synthétiques, ni silicone, ni PEG.











La charte Cosmetic Valley

Premier centre mondial de ressources en parfumerie-cosmétique, la Cosmetic Valley lance avec le soutien des collectivités territoriales sa Charte Eco-responsable signée par les membres du pôle de compétitivité représentants de tous les métiers de la filière parfumerie-cosmétique.

Les engagements de la charte reposent sur l’éco-responsabilité avec pour valeurs :

  • La qualité et la sécurité des produits et des services dans le respect des hommes et de la planète
  • La prise en compte des impacts environnementaux sur l’ensemble des activités du pôle
  • Le label « Made in France », visant à renforcer la visibilité internationale des PME du pôle de compétitivité
  • La mise en valeur de la plus- value de l’offre française et l’image d’une France innovante et dynamique tournée vers le futur
  • L’amélioration continue des résultats environnementaux et sociétaux du territoire par une forte sensibilisation des acteurs du pôle


Les exemples des membres signataires de la charte Cosmetic Valley

1. Eco-conception des extraits végétaux et jardins filtrants d’Adonis, Groupe Alban Muller

Les extraits éco-conçus d’Alban Muller sont développés selon une démarche éco-responsable en étant plus respectueux de l’environnement :

  • ils sont 100% naturels : l’extraction se fait par des solvants naturels (eau purifiée et éthanol d’origine végétale) et l’extrait natif stabilisé dans un support naturel
  • Sans conservateurs
  • Les solvants utilisés sont recyclés dans une usine certifiée ISO 14001
  • Les résidus de plantes sont biodégradables et recyclés pour servir de compost
  • Process de fabrication à faible impact écologique (zéodratation, flash-pasteurisation…)

Les Jardins Filtrants® constituent une éco-solution pour le traitement des eaux par phytoremédiation du site de production de la Cosmetic Valley (certifié ISO 14001) avec la récupérations et la purification des eaux.

2. Shiseido international France : criblage dans un filtre vert

Shiseido international France bénéficie d’usines certifiées ISO 14001 mène une politique environnementale déclinée en 3 axes :

  • Le filtre vert de Shiseido prend en compte les risques environnementaux pour chacune de ses formulations : écotoxicité, capacité de dégradation, risques liés au transport.
  • Les articles de conditionnement sont développés en fonction des normes d’éco-conception avec par exemple des petits étuis pour minimiser le volume occupé et des économies de transport.
  • Un programme de réduction de consommation d’énergie et d’eau est mis en place pour 2 sites de production :

– Pour la consommation électricité, avec la régulation du fonctionnement des machines de conditionnement et les circuits de vide, d’air comprimé et de ventilation.

– Pour la consommation d’eau, avec l’optimisation des systèmes de nettoyage en place,la réduction des pertes matières, et la gestion des déchets par recyclage (2/3) et valorisation sous forme énergétique (1/3).

3. Caudalie : des notices sur les étuis

Dans le but de réduire la consommation de papier, les notices en papier à l’intérieur des étuis ont été supprimées pour être intégrées sur l’intérieur des étuis. Sur les points de vente, les présentoirs initialement en carton également ont été remplacés par de nouveaux présentoirs en bois réutilisables à chaque campagne. Grâce à ces changements, les bennes hebdomadaires de déchets ont été remplacées par une petite poubelle.

4. Management Environnemental du Groupe Pelliculages de l’Ouest

Le Groupe Pelliculages de l’Ouest a renouvelé ses machines de pelliculage et supprimé l’utilisation de colles à solvant et de solvants réduisant ainsi de très importantes quantités d’émissions polluantes. En termes d’économie d’énergie, le chauffage de l’atelier est réalisé par récupération de la chaleur des machines et a permis de diviser par 4 les consommations de gaz. De même, le renouvellement de motorisations moins consommatrices en carburant et le traitement des émissions polluantes selon la technologie SCR (Selective Catalyst Reduction) permettant la réduction de 10 à 15 % de la consommation moyenne des camions s’intègrent dans le programme de maîtrise de l’énergie entamé par l’entreprise.

5. Easy Spray, une éco-innovation Indigo By Valois

Indigo By Valois, fabricant de système de pulvérisation dans le domaine du packaging pour la parfumerie bénéficie d’un site certifié ISO 14001 et qui a réalisé un guide des bonnes pratiques environnementales pour sensibiliser son personnel sur les enjeux environnementaux. L’entreprise a également élaboré sa nouvelle gamme éco-conçue d’échantillon Easy Spray, dont les gains sont :

  • Une réduction de 30% en termes de poids de packaging
  • Une réduction de 70% en termes d’énergie consommée pour la fabrication
  • Une réduction de 45% en termes de volume de palettisation

6. Alcan Packaging Beauty : réduire, recycler et remplacer si possible

Alcan Packaging Beauty, leader mondial dans l’emballage pour la cosmétique et beauté, porte ses efforts sur l’efficience de l’utilisation de l’énergie, de l’eau, etc., mais aussi l’éco-conception avec pour objectifs : réduire la quantité de matière, recycler les matières, remplacer et chercher des matières renouvelables. Par exemple, le Fluptop a fait l’objet d’une démarche d’éco-conception et pèse aujourd’hui la moitié de ce qu’il pesait il y a 2-3 ans, incluant en plus dans la jupe de ce tube, 60% de matière recyclée.


Une communication par les labels

Au delà de leur démarche environnementale industrielle, les entreprises peuvent utiliser les labels pour communiquer leurs initiatives éco-responsables.


Le logo Eco-emballage


En échange de leur participation financière, reversée aux collectivités pour la mise en place d’une collecte sélective des emballages des ménages, les entreprises peuvent bénéficier du point vert sur leurs produits. Les entreprises affichant le logo de l’éco-organisme Eco-emballages montrent ainsi leur engagement au programme de valorisation des emballages ménagers.


Les labels des cosmétiques bio

En France, les principaux labels de l’industrie cosmétique (voir aussi nos articles La Problématique Des Éco-Labels et L’émergence Des Éco-Labels) sont :

  • Cosmebio BIO (écologique et biologique) et ECO (écologique), garantissant des ingrédients naturels et d’origine naturelle par certification indépendante, selon une charte et un cahier des charges spécifiques.

Le label Cosmebio BIO garantit des produits contenant au moins 95% d’ingrédients végétaux et au moins 10% du total des ingrédients issus de l’agriculture biologique.

Un produit du label Cosmebio Eco contient au minimum 50% d’ingrédients biologiques sur le total des ingrédients végétaux, et au minimum 5% d’ingrédients biologiques sur le total.

  • Le Label Ecocert

Ecocert est un organisme de contrôle et de certification, accrédité par le COFRAC selon la norme ISO 65, et agréé par le Ministère de l’Economie, des Finances et de l’Industrie. Ecocert certifie une démarche et des méthodes de production respectueuses pour des produits agricoles et alimentaires (Agriculture Biologique, IFS) et industriels (ECOFERT)

  • Le label One Voice

Contrôlé par un organisme certificateur indépendant, le label One Voice est l’un des labels les plus exigent garantissant qu’aucune expérimentation animale n’a été effectuée ni pour la formulation, ni pour la composition des produits. Le label, dont les critères ont été définis d’après le standard international HSC (Human Cosmetics Standard), est attribué non pas à un produit, mais concerne toute la gamme de produits commercialisés par une marque, comme Yves Rocher ou Caudalie.

  • Nature et Progrès

Si le label « Cosmétique Bioécologique » de l’association de producteurs agricoles, fabricants cosmétiques et consommateurs Nature et Progrès n’est pas officiel, c’est toutefois, c’est une référence sérieuse dans le domaine des bio cosmétiques puisqu’il garantit que le soin de beauté ne contient pas de produit, parfums ou colorant de synthèse. Le label se caractérise par une charte dont les signataires s’engagent à respecter un cahier des charges très strict avec des objectifs écologiques et sociaux

Les ingrédients végétaux utilisés doivent être labellisés Nature & Progrès ou à défaut, sous mention simples, Déméter ou certifiés Agriculture Biologique ; Le choix doit se porter sur des emballages possédant des critères écologiques.

En dehors de la France, citons :

  • le label allemand BDIH


A l’étranger, on peut citer le label allemand BDIH crée par la fédération allemande de marques pharmaceutiques et d’industriels certifiant des « cosmétiques naturels contrôlés ». Il garantit que les cosmétiques sont fabriquées à partir de matières premières issues du règne végétal ou minéral. Un contrôle est effectué tous les ans, produit par produit, par un organisme de certification indépendant.

  • Le label belge Ecogarantie®

Destiné aux produits écologiques, le label Ecogarantie® garantit qualité, sécurité et durabilité, conformément au cahier des charges Ecogarantie® basé sur le respect des équilibres entre le monde végétal, animal et minéral et leur développement durable. Il concerne notamment les produits dont les ingrédients sont issus de l’agriculture biologique et dont la composition repose sur une base minérale non négligeable.

  • Le label OASIS

Un nouveau phénomène de concertation peut être également évoqué avec la création d’un label bio OASIS (Organic and Sustainability Industry Standards), présenté comme le premier standard américain bio de l’industrie de la beauté et du bien être, par L’Oréal, Estée Lauder et 30 autres industriels de la cosmétique.

  • Le label Cosmetic Organic Standard

En Europe, face à un marché des labels en plein développement, les principaux organismes certificateurs européens se réunissent depuis 6 ans en un groupe de travail européen sur les standards cosmétiques : Cosmetic Organic Standard (COSMOS standard AISBL), dont les travaux visent à une harmonisation de leurs cahiers des charges.

  • Sur le même principe, le label NaTrue repose sur :

– Le groupement d’intérêts international de fabricants de cosmétiques naturels et biologiques, European Natural and Organic Cosmetics Interest Grouping
– Une certification par un organisme indépendant
– Une élaboration par des spécialistes scientifiques et des spécialistes de la cosmétique naturelle suivant les recommandations européennes

L’objectif de ce label européen est de promouvoir les vertus des ingrédients utilisés dans la cosmétique naturelle et biologique, selon trois niveaux de certification :

– 1 étoile pour la cosmétique naturelle,
– 2 étoiles pour la cosmétique naturelle avec quelques ingrédients bio,
– 3 étoiles pour les produits cosmétiques exclusivement bio.


Ce label certifie surtout des marques allemandes pour le moment, le label Cosmebio, étant déjà bien installé en France, et difficile à détrôner.



Source : Le blog de l’éco-conception

Tagged : ACV, éco-contribution, éco-design, éco-emballage, éco-organisme, éco-responsabilité, norme ISO