je-suis-adherent

cherchez-trouver
contactez-nous

L’éco-conception dans la logistique

La logistique est un secteur qui contribue à l’accroissement de la consommation d’énergie et aux émissions de gaz à effet de serre. En France, le secteur des transports produit à lui seul près de 35% des émissions totales de CO2, dont 8,7% pour les véhicules de plus de 3,5T. Un double enjeu se présente aux entreprises : quelles sont les alternatives pour réduire leur consommation d’énergie et leur  impact environnemental tout en sauvegardant leur rentabilité ?

Quelques exemples de logistique durable et d’éco-transports montrent que la performance sur une chaîne logistique peut s’évaluer en terme de réduction des impacts environnementaux.

  • La certification NF E., HQE ou ISO14001 des entreprôts proches des zones de chalandises (comme ProLogis ou RipCurl, les formations d’éco-conduite (voir notre article : L’éco-conduite) ou les parcs de véhicules “propres” de fret sont divers aspects d’effort environnemental niveau des transports routiers
  • Du côté des opérateurs urbains de logistique, il y a différents exemples de logistique durable :
  • – une flotte de triporteur développée par DGL grâce à de petites sociétés comme La petite reine
    – des triporteurs TNT de livraison zéro CO2 dans Paris
    – le parc de véhicules électriques que Chronopost continue d’étoffer
    – des véhicules électriques pour les livraisons à Paris proposés par Deret

  • La filiale transport du groupe ID Logistics La Flèche est un autre acteur exemplaire qui s’est engagé à diminuer ses émissions de CO2, en signant la Charte de l’ADEME. Depuis la conception de l’entrepôt jusqu’à son exploitation en passant par les expéditions camions, le transporteur travaille depuis plusieurs années à réduire l’impact de ses activités et fixe désormais ses objectifs prioritaires sur son parc de véhicules, le carburant, le conducteur et l’organisation des flux transport.
  • Avec l’aide d’un groupe de travail « développement durable » et une « cellule de pilotage transport » constitués au sein d’ID Logistics et chargés de mesurer les émissions de carbone des activités logistiques, le transporteur a ainsi prévu mis sur trois ans :

    – une modernisation de sa flotte grâce à l’évolution des technologies pour moins consommer et limiter les gaz polluants. Ainsi 40% de sa flotte est aux normes Euro V, (normes antipollution destinées à lutter contre les émissions polluantes des automobile) et 60% en Euro IV (norme actuelle en vigueur).
    – un suivi de la consommation de carburant en fonction des véhicules et des distances parcourues pour détecter les sources d’économie et fixer un objectif de réduction en fonction de la consommation.
    –  une formation à l’éco-conduite de ses conducteurs grâce à un partenariat avec l’Automobile Club.
    – une optimisation du coefficient de chargement des véhicules, des itinéraires, des tournées, des modes de transports complémentaires et une réduction des trajets à vide.

  • Un autre exemple dans les transports routiers est l’entreprise suédoise DB Schenker, qui utilise le haut débit mobile pour contrôler et réduire la consommation de carburant de la flotte de l’entreprise, en optimisant les coûts à la pompe. Un système intelligent embarqué dans les véhicules permet au personnel administratif DB Schenker permet de savoir où se trouve chaque camion et de coordonner ces informations avec le flux de commandes entrantes.
  • D’après Fredrik Jonasson, chef de projet pour Mobile Data : “Le système permet à la flotte de l’entreprise de faire moins de kilomètres tout en roulant à pleine charge et en optimisant les trajets la plupart du temps grâce à de meilleures informations”.

    D’autres aspects de la conduite des camions sont également pris en compte par les outils de communication mobile haut débit : le freinage, les changements de régime, les accélérations et la vitesse sont ainsi des données que les chauffeurs peuvent vérifier et corriger les données , en les téléchargeant sur un PDA via Internet.

    DB Schenker s’engage donc à une transparence vis-à-vis de ses clients en leur fournissant les informations sur les émissions de carbone recueillies par le système concernant leur livraison. Les clients “sont indéniablement conscients des problèmes d’environnement” et  “ne se contentent plus de livraisons rapides. Ils veulent aussi qu’elles s’inscrivent dans une démarche verte”.

    Grâce à l’utilisation du haut débit mobile et d’autres solutions TICS, les secteurs comme le commerce, l’énergie, les transports, la gestion des infrastructures et la production pourraient réduire jusqu’à 20 % de réduction des émissions de carbone

Sources : Physical Suppl Chains, Le blog Ericsson France, Durableo

Tagged: ADEME, éco-conduite, éco-transport, HQE